Pourquoi je n’aime pas qu’on me fête mon anniversaire ?

pourquoi-je-naime-pas-qu-on-me-fete-mon-anniversaire

Bonjour,

Pourquoi je n’aime pas qu’on me fête mon anniversaire ? La réponse pourrait être très simple : parce que ça n’a pas de foutu sens bordel de mirde !

En fait la réponse est aussi simple. Je n’aime pas non plus qu’on me fête la nouvelle année ni rien de ce genre. Je crois qu’il y a un mélange avec l’autisme et le traumatisme de l’enfance d’avoir toujours été forcé de le souhaiter aux autres alors que quand t’es enfant t’as un peu autre chose à foutre. Mais bon, ça on s’en fout non ?

Pour comprendre pourquoi un autiste n’aimerait pas qu’on lui souhaite ce genre de chose c’est assez simple. Nous n’aimons pas les sollicitations, ce sont des moments où l’on va être sur-sollicité en peu de temps, donc nous n’aimons pas qu’on nous les souhaite. Voilà, c’est pas plus compliqué que ça.

Seulement il n’y a pas que ça

J’ai du mal à me forcer à faire une chose si je ne la comprends pas, dans le sens, si elle ne s’intègre pas dans mon fonctionnement. Très autistique vous me direz ? Eh bien oui je pense. C’est sûrement là d’où vient le côté un peu rebelle qu’on donne aux autistes, qui n’acceptent pas l’autorité. En fait, je pense qu’on l’accepte l’autorité, mais encore faut-il qu’elle est une autorité quelconque dans ce qu’elle se revendique le droit et le pouvoir d’en avoir une. En gros, ce n’est pas parce qu’on a le pouvoir décisionnaire dans un domaine, qu’on est forcément compétent dans ce domaine. Personnellement, me faire engueuler pour une chose que celui qui m’engueule fait encore moins bien que moi ça m’emmerde ! Mais là je m’égare…

J’ai essayé de comprendre…

C’est vrai que j’ai essayé de comprendre pourquoi on fêtait les anniversaires et la bonne année, mais je n’ai toujours pas capté. On m’a déjà dit « oui, mais c’est une façon de dire  que… » – de dire quoi ? « de dire que c’est… euh… » – oui ? « de dire qu’on est content que la personne soit née et qu’on lui souhaite le meilleur et… » – ah oui d’accord. Et pour ça on doit forcément lui acheter un truc, inviter des gens pour qu’ils viennent tous bien nous souhaiter à quel point ils sont contents que… – hep, et l’argent il est où ? – que nous soyons nés et… Bordel, ça n’a pas de foutu sens ! On est obligé de monnayer ces souhaits comme ça ? De faire des fêtes qu’on vienne quémander des cadeaux etc. Oui, c’est vrai que ce n’est pas que ça, mais c’est aussi ça ! Combien de fois je me suis retrouvé à ne pas pouvoir aller fêter l’anniversaire de quelqu’un parce que j’avais pas 20 euros à raquer à ce moment-là. Parce que ça tombait dans un mois où j’avais déjà raquer pour mon neveu et je-sais-plus-quel-clampin et que ça me faisait chier ( sens figuré ami(e)s autiste(s) hein ! ) de raquer 20 euros de plus parce que 60 euros pour 3 « fêtes » ça commence à faire cher la politesse !

Après oui, je pouvais aussi venir sans rien payer me diront certains et puis me taper la honte devant tout le monde. Tu vois les gens tous donner leur cadeau, le gamin à qui c’est l’anniversaire fait le tour et toi tu es là les mains vides et tu fais quoi ? Ben tu te tapes la honte c’est tout ( histoire vécue ). Déjà que d’être pauvre ce n’est pas simple tous les jours mais en plus si tu dois aller chez la famille et les ami(e)s leur dire « eh, vous ne connaissez pas la dernière ? Eh bien je suis pauvre et je n’ai pas un rond, c’est génial non ? » et attendre que l’effet se fasse et surfer sur le kif ! Eh bien vous peut-être mais moi perso ça ne fait pas trop kiffer donc non merci.

Et la bonne année dans tout ça ?

Ben la bonne année, ok, a priori on ne raque pas donc vous me direz ça va. Là ce n’est pas financièrement qu’on raque mais socialement. Moi à la base je veux juste qu’on me laisse tranquille. Je veux bien parler de temps à autre, surtout sur un sujet passionnant et surtout si on me laisse le soin de choisir quand je veux ou pas intervenir, mais là c’est clairement du harcèlement. Tu te retrouves avec une bande là de je-ne-sais-pas-quoi prête à se jeter sur toi pour te souhaiter le meilleur pour cette année commençant par la grosse boulette te concernant. C’est plutôt un présage et pas des meilleurs.

Je pense que si l’on souhaite vraiment une bonne année à quelqu’un, surtout si cette personne est autiste, ce serait déjà le minimum que de savoir à qui on le souhaite et commencer l’année en essayant de comprendre comment elle voudrait ou ne voudrait pas qu’on lui souhaite la bonne année. Parce que, si au pire vous vous en foutez et que les normes sociales ont plus de valeur pour vous que l’humain, eh ben, autant allez vous faire voir non ?

Laisser un commentaire